Le diktat de la barbichette.

Posté le 20 décembre 2014 par omarslami dans osettes

23e8f50

Sur un fond de B-B King, un dernier petit « garo » avant les cauchemars, et les réflexions qui s’imposent sur la fumée du désespoir comme un aire de déjà vu.  « El jazair » keskisspass comme conneries aujourd’hui oui je dis bien comme conneries  étant donnée qu’en matière de bêtises on se conjugue à la perfection. Les barbus ont un chef encore, et il parle il ordonne et veut exécuter au nom d’Allah, car il a pu à lui tout seul dissimuler la volonté divine sous sa barbe, et avec ça il n’appartient qu’à lui de décider de ce qui est bien ou non et de corriger le monde. Dégoutant, répugnant et ignoble l’Algérie à encore déféquer un religieux méphistophélétique. Je n’aime pas la majorité de mes lectures, j’avoue qu’il y’a trop de d’excréments littéraires et journalistiques depuis que les réseaux sociaux existent, mais au delà d’appeler au meurtre, le prince des boulahias doit vraiment avoir des superpouvoirs qui lui garantissent  l’impunité de l’étalage de sa haine.  Etant donnée qu’il y’a quelques années seulement les ikhwanjis n’étais bon qu’à vendre des strings des siwaks et s’engouffrer de cacahuètes, qui leurs a donné le droit à la parole car ici on ne peut pas parler juste pour parler. Qui veut encore boucher les toilettes, et ben la réponse se trouve généralement chez les plombiers.   Ces derniers qui veulent dire qu’on existe encore et qu’il faudra faire avec nous dans l’après boutef.

La guerre de succession s’annonce d’un nauséabond sans pareil sous l’égide des spreads des prix des barils, la délinquance des lois de finance et les derbouka et karantika à gauche et à droite. Hier on menaçait, aujourd’hui on appel au meurtre et demain on éventrera  des femmes enceintes. Les importateurs ont appris les ficelles l’oligarchie de la chkara est de plus en plus forte car lyncher par des milliards sur les quinze dernière années les boudouaras occupe aujourd’hui une place non négligeable dans les pouvoirs décisionnels, occupés dans le même cartel qui risque de se diviser sur petit retard d’un vol vers le val de grâce, le petit algérien kima halti risque un retour à l’age de pierre, sous la multitude des bannières qui se présage.

Ils vont être encore réutilisés, ces barbus à la sauce rouge, il n’y’a pas mieux, ils sont bêtes et disciplinés, incompatibles avec le bonheur et la réussite, méchant comme un arteuil qui déchire la chaussette par un matin d’hiver.

Ils sont là sortis du tiroir en attendant d’être décongelés, mais comment lutter contre, comment guérir ces gens là, dans une population jeune infertile, et dont le Q.I est gravement atteint par le virus benbouzid. Ça mes frères c’est la question à un milliard.

Répondre

D'autres nouvelles

Verité sans masque |
citoyentunisien |
Nadine Rivet, élue démocrat... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mbz1
| les acteurs de l'essonne
| palistro